Devenir maman n'est pas un long fleuve tranquille... Partie 1

Du rêve à la réalité...


Photo trouvée sur Pixabay, libre de droits

Mes très chères, vous souvenez-vous de cette impatience qui vous tenaillait d'avoir un enfant ? Oui ? C'est normal... Parce que malgré tout le travail que cela représente d'en faire/ avoir un, c'est bien là le plus beau cadeau de la vie. Un bébé ! Voire deux ou trois, quand la loterie de la Vie nous joue un tour... Et, on ne sait pas combien la vie change avant de rentrer à la maison avec notre trésor ! Quoi que, à la maternité, on se fait une première idée ! Décryptage de la vie d'une femme qui a obtenu ce qu'elle voulait... Elle est jeune maman !

Tout beau, tout nouveau

Nous suons sang et eau, sans jeu de mots, pour les mettre au monde. L'espace de quelques heures, on se bat pour donner vie à ce qui a grandi en nous pendant neuf mois environ. C'est un peu de nous, un peu de notre moitié, que nous offrons au monde. Un parfait mélange de notre amour... Ou un heureux imprévu. Dans la souffrance ou sous anesthésie locale. Avec ou sans épisiotomie, et de préférence, sans césarienne ! Nous vivons ce moment unique, avec appréhension, il faut l'avouer ; tout en sachant que c'est un chemin inévitable vers la réalisation de notre bonheur. Chacune le vit dans des conditions différentes, bien sûr. Il n'y a pas deux grossesses pareilles. De façon plus ou moins organisé et avec, quoi qu'il arrive, 20 % d'imprévus. Avec le même objectif : mettre au monde notre enfant.

Il y a ce premier cri qu'il/ elle pousse, tout juste la tête sortie ; celui qui nous dit : "plus jamais, ça ne sera comme avant." Ça y est, on est maman ! On croise ce petit bout d'existence qui, jusqu'ici, était bien caché en nous et qui désormais va grandir, évoluer et dépendre de nous. Il est là, sur notre ventre, peut-être fripé et rougeâtre suite à l'effort ou alors lisse et déjà fort dynamique - sous césarienne ! Quoi qu'il arrive, il est beau, parce que c'est le nôtre. Parce qu'on l'aime. Parce qu'il est tout pour nous et qu'on l'a attendu après neuf mois de fabrication, tout de même !
Notre nouveau devoir est de l'aimer et d'en faire un bon adulte, une personne responsable. Il n'y a pas de S.A.V., pas de remboursement ou d'échange. Un bébé, c'est pour la vie. C'est la promesse que nous avons faite à l'Existence en le concevant. Et, le plus dur viendra vite : être le meilleur parent possible. Cela, il va nous falloir apprendre à l'être au jour le jour. Il y aura des loupés, des réussites et des séances aux urgences la nuit du dimanche à lundi parce que bébé nous fera un truc qui nous fera paniquer. Mais pour l'heure, la seule chose qui compte est : ses premiers instants partagés ensemble, ses mimiques incontrôlées, ses petits mouvements mécaniques, sa poitrine se soulevant à mesure de sa respiration quand il/ elle dort. Les câlins que nous lui offrons. Qu'y a-t-il de plus doux ? Qu'y a-t-il de plus merveilleux ? Cela valait bien de souffrir un peu, non ?

On rentre à la maison
Photo trouvée sur Pixabay, libre de droits
                                                                              
Du jour au lendemain, la vie change... Coup de théâtre ! On ne dort plus - ou presque. Notre joli poupon a besoin de se nourrir (au sein ou au biberon ? ) et il y a les très nombreuses couches à changer. Cataclysme de couches ! Et le délicat parfum qui les accompagne. Brrrr ! Sans oublier le bain et l'habillage pour ce mini-nous qui n'est pas toujours d'accord d'avoir à subir cette activité incontournable (Un bain une fois par semaine seulement, au début ! La toilette, tous les jours). Les nombreux rendez-vous médicaux, le nombril à soigner... Sans compter qu'il faut le maintenir à la maison la première semaine - au minimum - pour lui laisser le temps de se remettre de sa naissance, de grossir encore un peu et ne pas tomber malade. Ce qui veut dire que nous aussi, on ne sort (presque) pas.
Nous passons des sorties romantiques en amoureux, des douches prisent à minuit les jours fériés et des supers fêtes entre copains à une vie plus rangée, qu'il faut vite organiser pour tenter d'offrir un rythme à notre enfant. Et, qui nous sera autant bénéfique qu'à lui/ elle. 

Certains jours, c'est dur... Bébé est tout petit et on ne comprend pas encore ses (nombreux) pleurs. A-t-il/elle faim ou soif ? A-t-il/ elle mal quelque part ? Est-il/ elle fatigué(e) ? Ou, la couche est-elle pleine ? Il y a de quoi s'inquiéter. Est-ce normal ? Oui, ça l'est. No panic, mes très chères. Bébé et vous ne parlez pas encore la même langue, mais ça va venir. Parole de super-maman (sans cape et sans gel capillaire, mais avec un super collant tout-terrain) !
On se sent seule car le papa est souvent au travail, passé sa période de congé parental, alors que nous vivons nos premiers mois avec bébé à la maison. Notre vie de jeune maman se résume à ce petit être, à ses besoins et aux quelques sorties que nous parvenons à organiser en-dehors de la maison. (Sauf si on a la chance d'être très bien entourée - of course !) Sans oublier que la nuit, nous nous levons pour nourrir bébé, fractionnant notre sommeil... Il y a les courses à faire, les repas à préparer, le ménage à faire, etc. Le repos est au compte-goutte. Notre humeur en prend un coup et, il est facile de se perdre en disputes avec sa tendre moitié. Avec la Terre entière, même. Comment faisaient donc nos mères ? On se le demande ! Elles auraient pu nous prévenir, tout de même, que devenir maman, ce n'est pas un long fleuve tranquille ! Les vilaines, elles nous ont laissées la surprise...!
Et ce bébé si précieux, nous devons apprendre à le connaître, tout comme il doit apprendre à connaître son nouvel environnement. Nous et notre moitié sommes sa seule certitude dans ce nouveau monde, cet Eldorado de la Vie. Et, c'est long. Très long. C'est un apprentissage pour chacun des membres du foyer. Il n'est pas encore temps de lui enseigner où est sa place, juste de lui en faire une. Une toute petite et bien douillette. De le sécuriser. De l'aimer. Et surtout, de ne pas se perdre dans l'incertitude et la fatigue, pour s'épargner l'expérience du célèbre baby-blues... 

Une vie organisée est la clef

Pas de panique, jeune padawan de la maternité, la solution existe. Heureusement ! Sinon, on crierait à la publicité mensongère à nos mères qui nous ont laissées nous embarquer dans une aventure pareille ! Si nos mères ont survécu, nous survivrons. Il n'y a pas de raison. La première chose à faire, c'est de rythmer notre vie sur celle de bébé, les premiers temps. Il est trop petit pour se rythmer sur la nôtre. 

Image trouvée sur Pixabay, libre de droits

Voici une liste non-exhaustive de règles de survie à la jedai, de cette nouvelle vie :

Règle 1 : Lors de ses siestes, tu dormiras. (Ainsi, la fatigue sera nettement moins grande, vous verrez !)
Règle 2 : Sur Internet, tes courses, tu feras. (Se faire livrer est une bonne idée, au début. Puis, quand bébé est plus grand, c'est une bonne idée de sortie en landau ou en voiture, et ça nous permet de nous changer les idées.)
Règle 3 : C'est papa, qui le week-end, se lèvera ! (Chacun son tour, il n'y a pas de raison, non mais !)
Règle 4 : A la maison, les ami(e) viendront. (Elles/ ils t'aideront, prendront le relais et te changeront les idées. Être entourée, c'est important !)
Règle 5 : Au parc, après les premières semaines, tu te rendras. (Pour rencontrer des mamans et se changer les idées ! Les mamans se conseillent, se soutiennent. Il n'y a qu'une maman pour en comprendre une autre ! 😉)
Règle 6 : De temps en temps, pour une heure ou deux, papy-mamie prendront le relais. (Pour des retrouvailles en amoureux bien mérités...)
Règle 7 : Au bord de la crise de nerfs, ton téléphone, tu prendras. (Appeler pour ne pas craquer. La famille, les amis... Il existe aussi des systèmes soutiens aux parents pour donner des conseils.)
Règle 8 : En toi, la confiance, tu auras ! (L'instinct maternel est en nous, après tout. On a porté ce petit être pendant près de neuf mois)
Règle 9 : Des conseils, ne pas hésiter à demander. (Si un problème survient, appeler sa mère, sa belle-mère ou les copines... Toutes celles qui sont mamans n'est pas une mauvaise chose. Au contraire ! Autant pour l'éducation, il faut se faire confiance - et apprendre de ses erreurs - autant pour les soins du bébé, c'est important de savoir écouter)

Ce n'est qu'une liste d'idées basée sur mes débuts de maman et de ceux de mes copines. J'ai eu la chance d'être entourée et épaulée. Ce n'est pas le cas de toutes les femmes. Il y a autant de cas de vie de femmes que de grossesses différentes. Pourtant, être jeune mère est identique pour toutes : c'est une nouvelle vie pour laquelle nous ne sommes pas préparées - et ce, malgré tous les conseils et cours reçus sur le sujet ! Alors, s'imposer quelques règles pour bien débuter peut être salvateur, et nous permettre de mieux profiter de notre nouvelle vie. 

Être maman pour le meilleur...

Il n'y a rien de plus beau qu'être maman. Gagner au loto ou sauter d'un avion en parachute ne peuvent égaler le sentiment de plénitude qui se crée en nous lorsque nous devenons mamans. Il n'y a rien de plus difficile que de l'être, également. Voir la Vie en Rose Sucré, c'est prendre la vie du bon côté, mes très chères. Accepter le pire pour profiter du meilleur... Ne pas s'enfermer dans un quotidien où plus rien d'autre n'existe que la vie de maman. S'adapter, s'imposer quelques règles pour ne pas craquer. Nous ne sommes pas une superbe machine multifonction tout droit sortie de l'usine (voir article précédent "Être femme, c'est parfois la mère à boire"). 
Vous n'êtes pas seules, mes très chères, ne l'oubliez pas ! Ne l'oubliez jamais. La famille, les ami(e)s, les autres mamans, les urgences, les forums de mamans... Bien des personnes peuvent vous apporter un coup de main. Du soutien, des conseils. Du courage. Le premier à devoir le faire, c'est celui qui a participé à la conception, celui qui vit à vos côtés et qui porte le titre de papa. Votre moitié a le devoir de vous aider et de vous épauler, de vous soutenir... Et de vous aimer comme au premier jour. Si ce n'est pas le cas, bottez-lui les fesses ! Si c'est le cas, embrassez-le plus fort car il le mérite.

Être maman, c'est avoir offert un peu de soi au monde, mais cela doit être une expérience fabuleuse, pas un Enfer Ardant. On ne fait pas un enfant pour passer à côté de sa vie. Sociale ou professionnelle. Familiale. Ni pour signer la fin d'un couple qui s'aime. La vie d'une maman n'est pas un long fleuve tranquille, le devenir est une étape. Certes. Mais si vous vous offrez de bonnes rames, la route sur la barque de votre vie sera belle et la promenade intéressante.


Photo trouvée sur Pixabay, libre de droits

Devenez mamans pour le meilleur... Apprenez à vivre en Rose Sucré !

Commentaires

  1. et des tupperware tu demanderas.... hahahah moi je demandais à tous mes amis de venir avec des boites de ce qu'ils avaient mangé...avec les jumeaux et le papa qui était toujours au boulot, je n'avais pas le temps de me préparer a manger!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y ai pensé également, aux tupperwares... Parce que nous sommes souvent obligées de cuisiner un peu plus à chaque fois, pour ne pas avoir à être aux fourneaux tous les jours, deux fois par jour !
      C'est drôle que tu y es pensé aussi ! C'est vrai que nous avons peu de temps pour nous. Et avec des jumeaux, le temps doit être assez limité. Comment est-ce maintenant qu'ils sont plus grands ?

      Supprimer
  2. Ils sont plus grands à présent ils ont presque 4 ans. Je continu a cuisiner pour 6 et je tente toujours de garder un peu pour le congeler pour les moments ou je n'ai pas le temps. C'est bien pratique

    RépondreSupprimer
  3. je ne sais pas pourquoi je n'arrive pas a te renvoyer depuis mon site word press, a chaque fois je suis oblige de le passer par un compte gmail que je ne vois cassement jamais ...https://amicalementvotresite.wordpress.com/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés